Suivez moi sur:

au château de Puligny-Montrachet.

Au fil des années, le nombre de petites mains et de grands coeurs augmentent dans le parc du château. Animé par David Didon et Dominique Massenot, les jeunes et les moins jeunes ont pu aider à la préparation d’une Maria Thun, du nom de la pionnière suisse dans la biodynamie. Le compost de bouse Maria THUN est à base de bouse de vache, de poudre de basalte, de coquilles d’œufs et des six préparats de dynamisation (502 à 507). Diluée et brassée 15 à 20 minutes, elle est appliquée en grosses gouttes sur le sol. La vénérable a réfléchi cette préparation suite au nuage de Tchernobyl venu perturber les sols de son jardin.

Traditionnellement, la journée s’est articulée autour de la célèbre bouse fraiche à bourrer dans les cornes suivi de l’enfouissement de celles-ci sous un dôme de terre. A coté, nous avons eu droit à une dynamisation et pulvérisation de valériane, à une heure de conférence assurée par Dominique Massenot en attendant que les saucisses et les patates cuisent dans la non moins célèbre chaudière à distiller d’Eric de Suremain. Le cosmophore ovoïde imaginé par le conseille des Monts du Lyonnais dynamisait une 500.

Et pour finir, le grand apéritif-repas-degustation animé par l’ensemble des vignerons, jeunes et moins.

Le livre traitant de cette biodynamie bourguignonne est encore dans les presses de l’imprimerie, est encore en souscription pour 1 semaine au prix de 29€ De Bacchus à Vénus